mardi 13 janvier 2015

Esquisse deux-cent-cinquante-neuf.




Bonjour à tous, et désolée pour mon absence prolongée sur ce blog. Je n’ai plus Internet à la maison pour le moment, et je me débrouille comme je peux pour capter un peu de WiFi.
Mais cet article n’est pas à propos de mes problèmes de connexion – on s’en fiche, au fond.

Aujourd’hui, je poste un dessin un peu spécial, pour une occasion un peu spéciale.
Une modeste contribution, une goutte d’eau dans un raz-de-marée, une petite pierre au massif édifice...

Avec tous ces événements récents, je suis un peu sonnée, dans un état second, j’ai l’impression de flotter sur un nuage d’incertitudes, comme tout le monde ; et je me demande pourquoi, comme tout le monde ; et j’essaie, à mon humble échelle d’étudiante en théâtre de vingt-deux ans, de comprendre.

Comme quatre millions de personnes en France, j’ai participé à la marche républicaine du 11 janvier 2015, et c’était à la fois beau et triste.

J’ai voulu faire un dessin positif.
Peut-être pour essayer de synthétiser un peu tout ça, tout ce flot d’émotions que j’ai ressenti avec les autres, tous ensemble, lors de cette marche à travers Paris.

J’avais fait un premier dessin, plus sombre, le jour-même du drame au sein de la rédaction de Charlie Hebdo, mais j’ai préféré en faire un autre, symbolisant l’unité, la liberté d’expression, la joie et le rire partagés malgré ces horreurs.

Le dessin est l’un de mes principaux moyens d’expression.
Pour moi, il est arrivé dans ma vie presque aussi vite que la parole, et il me permet, encore aujourd’hui, de décrire des choses inexprimables avec des mots.

Je n’aurais jamais cru qu’en France, on puisse être exécuté pour des dessins, et ça me désole et ça m’horrifie que ce soit quelque chose de courant dans d’autres pays du monde.

Je n’ai pas d’avis politique sur la question, je n’ai pas d’explication rationnelle, je n’ai pas de raisonnement construit à sortir – beaucoup de gens savent le faire, mais pas moi.
Il y a un flot d’informations tel, un brouillage continu des lignes et des réseaux tel, que je ne préfère pas exprimer d’opinions à propos de quelque chose sur laquelle je n’ai pour l’instant aucun recul.

Je souhaite juste apporter, en tant que dessinatrice, en tant qu’aspirante artiste, un autre dessin parmi les dessins, aussi insignifiant soit-il, et ne jamais, jamais, jamais me taire.

Parler et crier et rire et chanter avec les autres. Encore et encore.
Et ne jamais m’arrêter.


Hello everyone, and sorry for my long absence on this blog. I don’t have Internet at home for the moment, and I manage to win some WiFi as much as possible.

But this post isn’t about my connection problems – we don’t care, after all.



Today, I post a special drawing for a special occasion.

A modest contribution, a drop of water in a tidal wave, a little stone to a massive building...



With all these recent events, I’m a little bit shocked, in a weird state, I have the impression of floating on a cloud of uncertainty, like everyone else ; and I ask myself why, like everyone else ; and I try, at my humble scale of a twenty-two-year-old student in theater, to understand.



Like four millions of people in France, I participated to the republican walk of January the 11th of 2015, and it was beautiful and sad at the same time.



I wanted to make a positive drawing.

Maybe in order to try to synthetize all of this a little bit, this flood of emotions I felt with the others, all together, during this walk through Paris.



I have made a first drawing, darker, the same day as the tragedy within Charlie Hebdo’s offices, but I prefered to make another one, symbolizing unity, freedom of speech, happiness and laughs shared in spite of these horrors.



Drawing is one of my first ways of expressing myself.

For me, it arrived nearly as fast as the faculty of speech, and it permits me, even today, to describe inexpressible things with words.



I would never have believed that we could be executed for some drawings in France, and it saddens and horrifies me that it’s a common thing in other countries of the world.



I don’t have any political opinion about it, I don’t have any rational explanation, any constructed reasoning to show and to tell – many people can do that, but I can’t.

There is a huge flood of informations, a continuous blur of lines and networks, and I prefer not to express any opinions about something I don’t have distance with yet.



I just wish to bring, as a drawer, as an aspiring artist, another drawing among drawings, even if it’s insignificant, and never, never, never shut up.



To talk and to scream and to laugh and to sing with the others. Again and again.

And never stop.

mardi 2 décembre 2014

Esquisse deux-cent-cinquante-huit.



Nouvelle vidéo !
Je voudrais vous parler de... Enfin, d'un sujet important... D'un sujet important qui...

New video !
I want to talk to you about... About an important subject... An important subject which...
(English subtitles soon available.)

jeudi 27 novembre 2014

Esquisse deux-cent-cinquante-sept.



Nouvelle vidéo (pas trop tôt) !
Comment être SEXISTE ? Je suis sûre que vous vous posez tous la question. Regardez cette vidéo et vous saurez !
(Sous-titres français bientôt disponibles.)

New video (about time) !
How to be SEXIST ? I'm sure you all wonder. Watch this video and you'll know !